La montagne

Palicot industries dans la montagne

Un nouveau départ pour la société d’usinage Palicot Industries à Yzeure (Allier)

Publié le 07/01/2020 à 07h07

Un nouveau départ pour la société d'usinage Palicot Industries à Yzeure (Allier)

Palicot fait peau neuve. « Les anciennes machines seront enlevées pour être remplacées par une plus performante », annonce Jean-Michel Fossé (au centre), le nouveau directeur de Palicot Industries © François-Xavier GUTTON

Placée en liquidation judiciaire, l’entreprise Palicot, à Yzeure, revit depuis son rachat en mai dernier par la holding LMI, une société parisienne. Son activité redémarre doucement. Deux embauches sont prévues cette année.

Spécialisée dans l’usinage de pièces de grandes dimensions à destination de l’aéronautique, notamment pour Airbus et des plateformes pétrolières, l’entreprise Palicot, située rue Colbert à Yzeure, a été rachetée en mai dernier par LMI, une société parisienne.

Cette holding, qui possède déjà quatre autres entreprises, a apporté une enveloppe de 280.000 € pour relancer Palicot. Jean-Michel Fossé, le nouveau directeur, justifie cet achat : « L’entreprise possède une certification ISO 9.001, nécessaire pour la vérification des produits aéronautique. Puis, on voulait relancer cette entreprise qui a perdu de son brillant. »

Une reprise, trois embauches

Les treize ouvriers et employés sont restés dans l’entreprise
À la reprise de Palicot, devenue Palicot Industries, les treize ouvriers et employés sont restés. Une personne a été recrutée dans la foulée. « L’adhésion des employés était importante pour nous. On voulait repartir avec tout le monde », souligne Jean-Michel Fossé. 

D’ici le mois de février 2020, deux autres personnes seront embauchées : une dans les bureaux et l’autre, dans l’atelier. Pour « remotiver le personnel, des formations seront effectuées sur la programmation des machines. Ils seront ainsi plus polyvalents. »

Un investissement dans une machineLes vieilles machines de l’entreprise seront remplacées par des plus performantes

Sur cette dynamique, un investissement est même prévu dans les mois à venir. « Nous voulons acheter une machine pour faire évoluer l’entreprise et ainsi proposer des pièces terminées. »

Environ 300.000 € seront déboursés pour le nouveau dispositif. « Elle va nous permettre de nous aligner dans un marché de niche sur la fabrication de très grandes pièces. »

Afin de s’assurer un carnet de commandes plus large, le nouveau directeur souhaite mettre l’accent sur le marketing. « On fera des salons pour se faire connaître. Cela va nous permettre d’attirer de nouveaux clients et en ramener des anciens. » 

Jean-Michel Fossé s’est fixé l’objectif « d’augmenter prudemment » le chiffre d’affaires de sa nouvelle entreprise. Sans brûler les étapes.

Photos : François-Xavier Gutton

Texte : Jean-François Chesnay